ALBIN et autres contes

Un monde à l’échelle des enfants mais dont l’accès n’est pas interdit aux adultes qui ont su préserver leur part d’innocence et de fraîcheur.

18 € TTC

AuteurMadel D. Courcelles
Date de sortie19/12/2023
Nb pages60
FormatFt 21 x 21
ISBN978-2-492283-53-6

L’invitation d’Albin le lapin, suivi de sept autres contes, est aussi une invitation à entrer dans le monde de Madel. Un monde à l’échelle des enfants mais dont l’accès n’est pas interdit aux adultes, ceux qui ont su préserver leur part d’innocence et de fraîcheur.


L’univers de Madel tombe à pic. Car elle reste une des dernières écrivaines pour enfants et plus grands, qui pratique la rime des vers. Comme une balade bucolique dans un cadre bien défini. Et surtout bien composé !

Ici même, dans ce recueil de fables et histoires, en majorité, elle offre une poésie rythmée, facétieuse mais aussi et surtout en convoquant les rimes. Bien malin celui qui voudrait s’y atteler. Car outre la difficulté de faire rimer le ver, encore faut-il garder le sens dans le déroulement logique du texte. Et Madel, lorsqu’elle écrit, trouve presque instantanément, la ressource, l’acceptation à s’imposer une règle ou suivre des figures imposées à l’heure des vers libres. Disciplinée donc mais sans jamais frustrer son énergie pantagruélique. Car Madel, littéralement, mange les mots qui lui viennent dans un flot ininterrompu, d’une manière quasi improvisée, comme défile la carte perforée de l’orgue de barbarie.   

BenCo

Cliquez l'image pour feuilleter
Cliquez l'image pour feuilleter


Madel D. Courcelles

Elle s’appelle Sophie, Ducheyne-Courcelles. Madel est le diminutif de Madeleine, son 2ème prénom, celui de sa Grand-mère tant aimée, sa madeleine de Proust, dont elle a pris durant dix ans l’anagramme, signant ses premiers tableaux « Adèle Mine ».

Elle s'intéresse très tôt à la peinture, la photographie, au design, aux antiquités. 

Aime la danse classique pour sa rigueur. Se passionne plus tard pour Colette, admire les œuvres de Picasso, Chagall, les dessins de Cocteau et Daumier.

1998 : Congé parental, où Madel redessine, utilise ses illustrations pour écrire. 

60 histoires, uniquement écrites pour ses enfants. Puis elle les conte, avec ses animations théâtrales, dans des écoles à Montpellier. 

En 2010 sa rencontre avec Jeantimir, la découverte de son univers enfantin et onirique, sont une révélation. Il l’encourage, dès lors elle ne cessera de créer. Ils exposent ensemble à Art’Nim, grâce à Luc Gaurichon. Autodidacte, Madel est ensuite peintre plasticienne, diplômée de l'Académie des arts d'Avignon en 2013.